Menu Fermer

RETOUR AUX SOURCES À LA MAISON DES TRESSES ET LACETS

TEMPS DE LECTURE
2 minutes

Le Tresseur vous emmène aujourd’hui dans le berceau du tressage français. Comme vous le savez maintenant les origines génétiques de notre jeune entreprise ont vu le jour il y a plus de 115 ans dans la région d’Ambert. Pourtant, c’est de l’autre côté du Forez, dans la Loire, que l’histoire du lacet français a vu le jour. Plus précisément à Saint-Chamond et ses environs. C’est justement dans la vallée du Dorlay que nous sommes allés rendre un petit coucou à la Maison des Tresses et Lacets, conservateur et informateur de ce patrimoine industriel, qui y vit le jour au milieu du XIXe siècle.

Quand l’énergie coulait de source

Avant la fée électricité ou le moteur à explosion, nos ancêtres pas si lointains utilisaient les énergies renouvelables que l’on croit aujourd’hui réinventer. L’eau par exemple alimenta durant des siècles les moulins en énergie gratuite. A La-Terrasse-sur-Dorlay où est établie la Maison des Tresses et Lacets, comme ailleurs, c’est l’eau du ruisseau, assagie en retenue et canalisée en bief, qui fait tourner la grande roue à auges, laquelle par un jeu savant d’engrenages, d’axes et de courroies, permet d’actionner les métiers à tresser. Immédiatement retournée au ruisseau, cette même eau allait faire tourner de la même façon les ateliers établis plus en aval. L’énergie était ainsi gratuite, abondante, partagée. C’était le bon temps !

C’est le métier qui rentre !

Établie dans une ancienne usine de tressage de lacets qui compta jusqu’à 500 métiers à tresser en bois, la vocation de la Maison des Tresses et Lacets n’est plus vraiment de produire, mais plutôt de conserver, de transmettre (voire former) et expliquer à un large public ce qui fit la vie industrielle de cette vallée durant des décennies. Il faut dire que les entreprises françaises qui utilisent encore ce genre de machines ancestrales se comptent sur les doigts d’une seule main ! Pourtant, tout primitifs qu’étaient ces métiers bois, ils étaient capables de manufacturer des produits de haute qualité, d’une esthétique remarquable et d’une grande inventivité. A mi-chemin entre la production industrielle et le métier d’art, la formation des tresseurs demandait ainsi de longues années. Bien rares sont ceux qui savent encore régler et entretenir ces vieilles machines, qui ne demandent pourtant qu’à fonctionner encore.

Ils n’ont pas rompu le fil

Dans la vallée du Dorlay et à Saint-Chamond existent encore des survivants de l’époque florissante du tressage et de la passementerie stéphanoise. On découvre les productions de quelques-uns dans la salle d’exposition temporaire de la Maison des Tresses et Lacets. Comme Effet Passementerie qui, à quelques kilomètres de là, redonne ses lettres de noblesse à la passementerie de la mode. Comme Sarah Revil qui, à Saint-Chamond, produit en tressage lent des tresses « haute couture ». Ou encore Manutex, spécialiste français du Tissu étroit, ainsi que J.Forissier qui tresse le métal.

Retour aux sources à la maison des tresses et lacets

C’est en se frottant à l’expérience des anciens et au savoir-faire de ceux qui tiennent encore le flambeau que Le Tresseur imagine les produits nouveaux que l’on vous proposera dans les mois à venir…

NOS PUBLICATIONS INSTAGRAM

Le Tresseur - logo simplifié

L'EMPLOI LOCAL

Pour produire une paire de lacets Le Tresseur, de la bobine de fil jusqu’au packaging, il aura fallu faire intervenir des dizaines et des dizaines de “petites mains”. Petites… mais au combien expérimentées et professionnelles.

Ce sont donc de nombreux emplois qui sont préservés en région (bien sûr, avec l’aide de tous les autres clients de nos fournisseurs, qui comme nous ont fait le choix du local).

Ces emplois font vivre les villes et les villages qui les entourent… qui nous entourent. Ensemble, et grâce à votre soutien, nous participons à l’économie française.

 

Le Tresseur - logo simplifié

CIRCUIT COURT

Ne nous voilons pas la face : savez-vous d’où vient la très grande majorité de la production mondiale de lacets ? D’Asie bien sûr et de Chine en particulier. Y compris les lacets qui équipent les plus grandes marques de sneakers…

Au niveau de qualité, il y a à prendre et aussi… à jeter. Il y a surtout de grosses économies à réaliser pour les industriels de la chaussure. C’est tellement économique, que cela reste rentable en y ajoutant des milliers de kilomètres de transport et des tonnes de CO2. Mais est-ce ce que nous voulons pour l’avenir de nos enfants ? Et de notre planète ?

Chez Le Tresseur, nous avons fait le choix du local et de “l’entreprise d’à côté”. On se connait, on travaille en bonne intelligence, en partenariat et surtout plus vite. On est livré en quelques jours, pour vous servir rapidement, efficacement et écologiquement. Que demande le peuple ?!

 

Le Tresseur - logo simplifié

FABRIQUÉ EN FRANCE

Pourquoi aller chercher ailleurs ce que l’on sait (mieux) faire ici ? A force de vouloir faire de la marge à outrance, la France a délocalisé et risqué de perdre à jamais son savoir-faire industriel.

Heureusement, il existe encore des foyers de résistance, en particulier dans les entreprises fiers de leurs racines et de leur pays.

C’est le cas du Tresseur. A la suite de 6 générations d’artisans et d’industriels de l’univers de la tresse, nous relevons le défi de produire localement, comme l’on fait les générations précédentes.

L’ensemble de notre production est réalisé dans le département du Puy-de-Dôme, au centre de la France (donc près de chez vous). A ce jour, 5 ateliers de fabrication auvergnats entrent en jeu pour réaliser les lacets Le Tresseur qui équiperont bientôt vos sneakers préférées.

 

Le Tresseur - logo simplifié

LE PRIX JUSTE

Chez Le Tresseur, tout, de la tresse au packaging, est fabriqué en France et même spécifiquement dans le Puy-de-Dôme, au cœur de l’Auvergne. 

Dans le secteur du textile et encore plus du lacet, cela est malheureusement devenu rare. Il est tellement plus simple de faire fabriquer à l’autre bout du monde où les salaires sont très faibles et les niveaux d’exigence, de qualité et de respect des normes et de l’environnement sont médiocres.

Ce n’est pas le choix du Tresseur. Au contraire, pour vous procurer des produits qui durent, nous travaillons avec des sociétés locales, réputées et dont certaines sont labellisées “Entreprise du Patrimoine Vivant”, transmettant leur savoir-faire depuis des générations.

C’est une volonté. Nous espérons que c’est aussi la vôtre. Cela a un prix… un prix juste.

 

Guide des tailles
Carte implantations - Le Tresseur